Rien n’est parfait, rien ne dure, rien n’est fini : tels sont les trois principes directeurs du Wabi Sabi, l’esthétique japonaise minimaliste qui est en train de conquérir les passionnés de design du monde entier. Nous pouvons définir cette tendance comme la version asiatique du style Hygge, une conception où les petits défauts sont précieux et où chaque élément doit viser le beau, l’authentique et le vécu.

La traditionnelle philosophie japonaise fait partie intégrante de cette esthétique qui préfère des formes épurées, des meubles simples et des éléments uniques et asymétriques, parfaits pour l’aménagement parce qu’ils embrassent l’imperfection. Quelques exemples célèbres ? Nous pouvons assimiler le Wabi Sabi au béton apparent de Tadao Andō, aux espaces vides et infinis d’Axel Vervoordt et aux sculptures de Takashi Murakami.

Tout ce qui n’est pas indispensable est éliminé afin d’agrandir les espaces. Plus de murs de séparation (et donc oui aux open space) ni de compléments d’ameublement (notamment s’il y en a de trop ou s’ils sont éparpillés dans toutes les pièces).

Les matériaux utilisés ne sont pas très différents de ceux choisis par le design d’intérieur nordique : ils doivent être naturels et, justement, uniques dans leurs petits détails. Les veines du bois et du marbre qui dessinent des entrelacs uniques, les irrégularités de la céramique, les coups de pinceau d’un tableau au centre de la pièce : tous ces éléments jouent un rôle central dans le Wabi Sabi.

Les couleurs suivent elles aussi ce même schéma : oui à toute l’échelle des beiges, des blancs, des gris et des tonalités naturelles et chaudes. Chaque nuance doit être neutre et donner une sensation de sérénité.

Pour la disposition des espaces, c’est la règle du less is more qui règne : moins de meubles, moins de murs de séparation, moins de bibelots. Chaque pièce doit avoir un ou deux points focaux autour desquels on créera un design harmonieux : la cheminée sur mesure pour le salon, la table pour la salle à manger, le lit pour la chambre à coucher.

À qui donc le style Wabi Sabi convient-il ? Son admirateur idéal est celui qui n’aime pas le chaos ni les couleurs foncées et qui a besoin d’un intérieur où tout est à sa place, à l’inverse du chaos du monde extérieur.

En couverture : habillage City, en marbre Bianco Mediterraneo poli avec banc en Quartzite Wengé vieilli.