Il ne s’agit ni du dernier film de science-fiction ni des prévisions de quelque visionnaire : les panneaux solaires remplaçant le bitume existent déjà dans plusieurs pays.

Certes, tout est en cours d’expérimentation. On est encore en train de peser le pour et le contre, mais c’est sans aucun doute un grand pas en avant parmi les innovations de durabilité environnementale.

La (très récente) histoire des Solar Road

La Normandie a été la pionnière dans ce type d’initiative avec le projet « WattWay » de Colas en 2016.

Il s’agit d’un 1 seul km de route recouverts de panneaux solaires dont l’objectif est de fournir toute l’énergie nécessaire au centre de Tourouvre-au-Perche habité par 3400 personnes.

La véritable nouveauté arrive de Chine qui, au début de l’année 2018, a inauguré une autoroute solaire à deux voies plus une bande d’arrêt d’urgence.

Les panneaux photovoltaïques (qui occupent une superficie de 5.875 m2) représentent la deuxième des trois couches qui la composent : au-dessous, il y a un isolant et, au-dessus, une couche de protection transparente en mesure de laisser pénétrer la lumière du soleil.

Cette autoroute parvient à produire un million de kilowattheure d’énergie propre par an qui, en moyenne, permet de satisfaire le besoin journalier d’environ 800 familles.

Les avantages des panneaux routiers

S’il était possible d’avoir une grande quantité de routes recouvertes de panneaux solaires, les avantages seraient nombreux :

  • Une plus grande disponibilité d’énergie propre et une plus faible pollution causée par les énergies fossiles
  • La possibilité d’exploiter les LED des panneaux routiers pour dessiner la signalisation horizontale (il ne serait plus nécessaire d’en effectuer la maintenance et, si besoin est, elle pourrait être aisément modifiée)
  • L’énergie solaire pourrait être utilisée pour l’éclairage des routes, en augmentant ainsi leur sécurité
  • Les panneaux routiers pourraient être exploités comme antigel pour éliminer le problème du verglas

Alors pourquoi n’avons-nous pas déjà remplacé chaque centimètre d’asphalte par des panneaux routiers ?

Le problème principal est le rapport coût-bénéfices comme cela a bien été analysé dans une enquête effectuée par le site d’information générale The Conversation.

En effet, pour le moment, les coûts d’installation et de maintenance seraient bien plus élevés que l’énergie produite.

Sans compter que l’inclinaison des panneaux routiers n’est pas toujours optimale pour capter les rayons solaires, ce qui ne permet pas d’exploiter totalement cette technologie.

Voilà ce que nous savons pour l’instant mais, pour que les choses changent… nous sommes sur la bonne route.

En couverture, photo © greenMe