PALAZZETTI MAGAZINE

La tradition de l’arbre de Noël, tellement chère aux cœurs des grands et des petits, est enveloppée d’une atmosphère de mystère et d’enchantement, qui se perd parmi les célébrations antiques, les contes de fées et les documents poussiéreux. Bien que l’on ne puisse établir avec certitude la véritable origine de cette pratique, les légendes fascinantes qui l’entourent nous guident dans un périple à travers le temps.

Dans l’antiquité, de nombreuses cultures païennes célébraient l’arrivée de l’hiver et décoraient les arbres en guise de symbole du passage des saisons et de bon augure pour une année prospère. Les Celtes, par exemple, couvraient les sapins de rubans et d’accessoires dans le souhait d’un printemps abondant. Les Vikings, en revanche, ornaient l’arbre rouge, typique du Nord de l’Europe, de fruits afin de s’assurer la fertilité. Quelques siècles plus tard, à Tallin, en Estonie, un énorme sapin fut érigé sur la place de la municipalité, autour duquel les hommes et les femmes dansèrent dans l’espoir de trouver l’âme sœur. Voici donc différents pays aux traditions pourtant semblables.

Le centre-ville de Colmar, en Alsace, durant la période de Noël. Photo Sami Sert | iStock

Un saut dans le temps nous emmène à la frontière entre l’Allemagne et la France, en l’occurrence à Strasbourg : on raconte que le premier marché de Noël a vu le jour ici en 1500. La ville se parait de décorations de papier, de pommes, de sucreries et d’objets scintillants comme de l’or. Ce n’est pas un hasard si le chef-lieu alsacien et les petites villes de la région figurent parmi les destinations les plus prisées au mois de décembre !

L’arbre de Noël « moderne »

D’autres récits fascinants font leur apparition quand on relate l’histoire de l’arbre de Noël. L’un d’eux évoque Martin Luther, théologien fondateur du protestantisme : il semble qu’il se soit inspiré du reflet de la lune sur un arbre givré pour décorer sa maison. Pour ce faire, il emmena des branches à l’intérieur, qu’il orna de bougies, comme on le voit sur certaines gravures du dix-neuvième siècle.

Un second récit, du dix-septième, concerne la Duchesse de Brieg. Insatisfaite des décorations de Noël de son château, la noble dame allemande choisit un petit sapin du jardin afin de remplir un espace vide de la salle des fêtes et donna ainsi naissance à une tradition emblématique.

Au 19è siècle, les histoires se multiplient. L’on raconte que la tradition polonaise des décorations en verre soufflé s’inspire d’une demande de Ludovica de Bavière, mère de la Princesse Sissi. D’autres en revanche contestent ce récit en attribuant l’initiative à la princesse viennoise Henrietta von Nassau Weilburg.

Nous pouvons nous déplacer également en Italie puisque, d’après certains, les premières décorations en verre, importées de l’Est de l’Europe, auraient été commandées par la reine Marguerite de Savoie pour orner l’arbre de Noël du palais du Quirinal, à la fin du 19e siècle.

Quelle en sera la véritable origine ? Nous l’ignorons, mais cette aura de mystère qui enveloppe la tradition ne fait qu’accentuer sa fascination. L’important, d’ailleurs, est le temps passé autour de l’arbre, d’autant plus beau que la flamme du foyer crépite à proximité.

Laisser un message

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

About us

Valeria si occupa di Content per Cricket Adv e dal 2015 gestisce i social Palazzetti. Nel web scrive di beauty, lifestyle, arredamento e cucina. Ama la musica, l'arredamento scandinavo e il buon cibo!