Le crowdfunding est un terme anglais désormais familier à tous. C’est une pratique toujours plus répandue, parfois nécessaire, pour démarrer des projets qui ont à la base une bonne idée, mais qui aurait du mal à trouver des financements autre part.

Le terme dérive de l’union de crowd, qui signifie « foule » et « funding » qui veut dire « financement » et indique donc un financement participatif. C’est un processus collaboratif possible grâce à la toile : les projets sont présentés en ligne sur des plateformes dédiées et tous ceux qui le souhaitent peuvent participer à la « collecte ».

Les personnes qui, en fonction de leurs propres possibilités, prennent part à ce système de collecte de fonds, se sentent concernées par tel projet dès sa naissance et elles continueront probablement à le suivre même par la suite, en créant ainsi un cercle vertueux qui est à la base du succès de ce nouveau mode de faire communauté.

Le green crowdfunding

Il existe le crowdfunding pour des projets dans les secteurs les plus variés, mais c’est le green crowdfunding, appliqué à des projets de durabilité environnementale, qui se répand le plus vite.

Les plateformes de crowdfunding qui s’occupent d’environnement sont apparues un peu partout aux quatre coins du monde et nous en avons un exemple tout italien.

Elle s’appelle Ecomill et, comme on peut le lire sur son site, « c’est la plateforme d’equity crowdfunding autorisée par Consob, qui permet aux citoyens, aux familles et aux entreprises de devenir actionnaire et associé d’une nouvelle entreprise hautement novatrice dans le secteur énergétique et environnemental. Ecomill promeut la durabilité, l’innovation et le rassemblement social. »

Lave-linge à pédale Drumi

Quelques exemples intéressants de projets green

Nombreux sont les projets de durabilité environnementale nés grâce au crowdfunding sur la toile, avec des idées originales, géniales, parfois bizarres, mais toujours rigoureusement green. Ici, nous avons recueilli quelques exemples de ces projets innovants.

  • Un lave-linge à pédale : Drumi. 

Le canadien Yi Jiang a inventé un petit lave-linge à pédale. Drumi est un électroménager qui n’a plus besoin d’énergie électrique, qui consomme très peu d’eau et qui est également portable.

Étudié pour pouvoir être utilisé aux quatre coins du monde, ce lave-linge innovant peut s’installer et s’utiliser quelles que soient les conditions ambiantes et climatiques.

  • De l’Italie, un filtre pour purifier l’eau : Drop 99.

Il s’agit d’un projet tout italien : Drop 99 est un filtre portable qui permet d’éliminer presque toutes les bactéries contenues dans les eaux polluées.

Le projet a recueilli 20.000 euros sur la plateforme Ulule pour réaliser la campagne éducatrice « Bere bene » (ndt. « Bien boire »), sur le thème de l’épuration de l’eau dans les pays les plus pauvres où l’eau polluée est un véritable problème.

  • Le droit à l’eau commence par un reportage : Watergrabbing.

Le crowdfunding permet également de financer des idées qui n’ont pas pour but de fabriquer des objets matériaux, mais qui sont destinées à développer des projets éducatifs.

C’est le cas de Watergrabbing, un reportage créé et réalisé pour promouvoir le droit d’accès à l’eau.

  • La cafétéria sur roues : Wheelys MINI. 

Un projet plus bizarre est celui d’une cafétéria mobile.

Wheelys MINI est une idée pour permettre d’ouvrir une activité à faible impact sur l’environnement et avec un investissement économique très bas (moins de quatre mille dollars).

Il s’agit d’un triporteur qui permet de faire des cafés, naturellement provenant d’agriculture biologique, en utilisant l’énergie solaire accumulée par des panneaux solaires. Ce projet a tellement plu qu’il est parvenu à obtenir cinquante mille dollars américains en deux jours. Un véritable record !