Les 4 et 5 juin derniers, a eu lieu à Turin, le Clean Air Dialogue Italia organisé par le Ministère de l’environnement sur invitation du Commissaire européen à l’environnement, Karmenu Vella, dans le but d’inaugurer un dialogue bilatéral entre l’Italie et la Commission européenne pour convenir de solutions efficaces de lutte contre la pollution atmosphérique et d’amélioration de la qualité de l’air dans nos villes.

Qu’est-ce que le protocole «Aria pulita» (Air propre) ?

La première journée a été inaugurée par la signature du protocole «aria pulita». Véritable pacte d’intervention entre la Présidence du Conseil et les Ministères de l’environnement, de l’économie, du développement économique, des infrastructures et des transports, des politiques agricoles, alimentaires et forestières, du tourisme, de la santé, les régions et les provinces autonomes, il prévoit des mesures à court et moyen termes destinées à l’amélioration de la qualité de l’air.

Les interventions prévues

Le plan s’articule autour de 5 domaines d’intervention, dont notre cheval de bataille : le « chauffage civil ». Ces actions concrètes ont été identifiées. Elles doivent être mises en œuvre dans les 180 jours de l’entrée en vigueur du protocole.

  1. Le Conto Termico (compte thermique) sera actualisé pour que la certification environnementale avec classes de qualité 4 étoiles ou supérieure figure parmi les exigences d’accès aux mesures d’incitation (pour les générateurs de chaleur alimentés à la biomasse, installés en lieu et place d’appareils plus polluants) ;
  2. Les appareils qui bénéficient des abattements fiscaux devront se conformer aux exigences du Conto Termico (compte thermique) (certification environnementale avec classes de qualité 4 étoiles ou supérieure) ;
  3. De nouvelles incitations seront mises en place pour remplacer les installations thermiques actuelles alimentées à la biomasse par de installations thermiques flambant neuves, alimentées elles aussi à la biomasse.
  4. Les incitations au remplacement des installations thermiques alimentées à la biomasse solide sont assujetties à l’utilisation des combustibles certifiés, conformes aux normes de référence (ISO UNI EN 17225 parties 3, 4 et 5) et au respect de formes adaptées de traçabilité et de critères de durabilité environnementale du combustible
  5. Les installateurs et les techniciens d’entretien d’équipements alimentés par des sources renouvelables devront être qualifiés et se tenir à jour lors de parcours de formation obligatoires.
  6. À partir de 2024 l’interdiction d’utilisation d’installations de chauffage publiques et privées alimentées au gasoil entrera en vigueur. D’ici là, le gasoil de la qualité requise pour le secteur des transports (norme européenne EN590) sera de rigueur à la place du gasoil de chauffage.